Devon Graves


img artiste

Présentation

What I love about music is that it is a universal language; every human being connects with it and it can communicate powerfully without requiring translation.
Devon Graves

 

 

Son histoire, son parcours, ses voyages, Devon Graves a choisi de les raconter. Dans un premier album au titre évocateur, Du Tennessee à Paris, Devon Graves livre le récit poétique d’une jeune américaine amoureuse de son pays et de sa nouvelle terre d’accueil, la France.

 

Devon Graves grandit à Hébron (une petite ville du Kentucky). Issue d’une famille protestante, aux valeurs humanistes profondément ancrées, c’est logiquement à l’église que va naître chez elle un goût sacré pour le chant et la musique. Elle n’a que 4 ans lorsque ses parents l’inscrivent au chœur de la paroisse locale.

 

Cette passion, Devon Graves la cultive en grandissant. D’abord le piano familial (avant même de savoir lire et écrire), puis les cours de chant et la guitare : la jeune Devon forge son futur âprement.

 

A 18 ans, elle intègre la prestigieuse Belmont University à Nashville. Là, dans l’un des berceaux de la musique populaire américaine, loin de tous repères familiaux, elle découvre les plaisirs de la plume qu’elle exprime sous toutes leurs formes : essais, chansons, poèmes. La composition suivra, naturellement.

 

 

Ces années d’étude seront pour Devon Graves l’occasion de donner une nouvelle tournure aux événements de son existence. À la faveur d’un échange proposé par l’université, elle quitte la chaleur du Tennessee pour se rendre en France, plus précisément à Angers.

 

Ce sera pour Devon l’année de l’amour. L’amour de la culture française, d’abord. La beauté de son patrimoine, la richesse historique de ses pierres et de ses œuvres majeures. L’amour d’un homme, ensuite. Une rencontre, la bonne, qui lui donnera envie de revenir, elle s’en fait la promesse.

 

 

Lorsqu’un an plus tard Devon rentre à Nashville pour terminer ses études et obtenir son diplôme, elle n’a qu’une idée en tête : la scène. Elle créé alors, avec cinq amis, son premier groupe. Inspiré par la folk et les grandes étendues américaines, le groupe prendra la route de 2009 à 2011, donnant des concerts un peu partout à travers les Etats-Unis. Trois albums verront le jour, que le groupe fera financer sur KickStarter.

Enchantée de ce chemin parcouru, Devon n’oublie pas la promesse qu’elle s’est faite. Il est temps pour elle de trouver de nouvelles inspirations : voyager, retourner en France. Ce pays qu’elle aime déjà. Vivre aux côtés de celui qu’elle a choisi. Paris l’attend. Elle sait que la ville des lumières fait naitre la magie chez les artistes qu’elle séduit. D’autres américains ont découvert avant elle le fantastique attrait et la libération créative que seul Paris sait provoquer. Hemingway, Man Ray, Jim Morrison, Nina Simone… Pour ne citer qu’eux.

 

Un nouvel élan pour un nouveau départ. Les premiers mois à Paris sont surprenants, parfois difficiles même : l’indéniable choc des cultures, l’entourage nouveau et les amitiés à reconstruire, l’apprentissage de la langue qu’elle maîtrise chaque jour un peu plus et qui lui donne le loisir de découvrir, dans le texte, le patrimoine musical et littéraire français. Naitra de cette nouvelle vie son premier album solo.

 

Du Tennessee à Paris raconte tout ce parcours, un voyage intérieur, un changement d’horizon radical. De Patty Griffin ou Brandi Carlile pour la folk-country au féminin, en passant par Union Station et Allison Krauss pour le bluegrass ou encore Nina Simone pour le jazz, pour finir avec Serge Gainsbourg dont elle reprend sur l’album « La Javanaise ».

 

C’est Laurent Guéneau (Zazie, Sinsemilia…) qui l’accompagnera en studio pour réaliser l’album qu’elle a écrit et composé. On y retrouve le bluegrass avec ses guitares slide et pedal steel, sur les titres « Crossroads » ou « Thicker skin », une folk plus classique pour « Passing through » et « Orange Tree », ou encore l’influence des comédies musicales américaines dans « Disposable World » et « Kitty Genovese ».

 

« Paris-Tennessee », seule chanson originale en français de l’album (co-écrite avec Francois Welgryn), résume à elle seule ce qu’est Devon Graves. Une artiste solaire, au sourire suspendu et à l’oreille attentive à tout, faisant d’elle la plus parfaite des confidentes et la plus envoûtante des conteuses.

 

Une jeune femme qui a tout plaqué pour vivre sa vie, entre bohème parisienne et réalisme texan, sur les traces de ceux qui l’ont faite et de ceux qu’elle admire.

Projet

Aucun projet en cours

Commentaires

pic user commentaire
Andrea Bokobsa
2015-09-12 17:21:57

top